Nous accompagnons la redirection écologique des entreprises et des collectivités publiques

Redirection

On emprunte ce terme au laboratoire de recherche Origens Media Lab. On est très heureux de les compter parmi nos amis, alliés, partenaires.

C'est de la transition ?

Non. C'est même très différent.

 

La transition écologique repose sur l'optimisation technique de nos moyens de production et la compensation de nos pollutions. Bref, elle suppose que nous allons dans la bonne direction 🙄.

La redirection écologique implique elle un questionnement plus profond puisqu'elle accepte et revendique l'incompatibilité entre d'un côté le développement et la croissance et de l'autre, le respect de la planète. Elle ne repose donc pas sur la conciliation d'intérêts contradictoires mais bien sur la réalisation d'arbitrages.

C'est radical non ?

Oui, mais c'est l'objectif en fait : revenir à la base du problème pour faire naître des solutions enfin à la hauteur de l'urgence. Et puis bon, ça suffit les demi-mesures non ? 

Vous faites toujours les questions / réponses ?

Euh

Et en pratique, ça donne quoi ?

Réaliser des arbitrages, disons-le franchement, cela revient à renoncer à certaines choses (on met des exemples entre parenthèses).

 

Autrement dit, de fermer des activités insoutenables, soit parce qu'elles dégradent trop la planète, soit parce qu'elles sont elles-mêmes mises en danger par les bouleversements écologiques en cours (et bien souvent, ces deux raisons coïncident). 

De quoi on parle ? On peut facilement penser à plein de choses :  des pratiques (l'élevage industriel), des habitudes sociales (les voyages illimités à l'étranger), des infrastructures (les stations de ski de moyenne et basse altitude), des aménagements publics (la construction de nouvelles routes), ou encore des matières (le ciment), etc. 

Wait ! 

Avant de partir et de dire que nous sommes trop radicaux ou que nous pratiquons une écologie punitive, voici quelques précisions autour de cette notion de renoncement.

 

1 / On ne renonce pas pour se faire plaisir

On renonce parce que c'est nécessaire et que nous avons largement dépassé ce que la Terre est capable de supporter. Le jour du dépassement en 2021, c'était le 21 juillet et ça montre bien que ce n'est pas en optimisant mais bien en soustrayant certaines choses que l'on arrivera à réatterrir au sein des limites planétaires. 

2 / Choisir ou subir

Fermer, renoncer, démanteler,...  On n'a pas forcément l'habitude d'entendre ces mots dans le débat public. Pourtant, des renoncements, on en subit tous les jours à cause de l'urgence écologique : on renonce à respirer un air sain, on renonce à travailler à certaines heures de la journée car il fait trop chaud. Les prochains renoncements, on peut les anticiper en les choisissant ou bien les subir de plein fouet.

 

3 / Protocoles de renoncement 

Les renoncements que nous appelons de nos voeux ne sont pas être des choix "du haut" mais des choix démocratiques et organisésDémocratiques car chaque arbitrage doit être le résultat d'une longue enquête sur les héritages de chaque secteur et sur les attachements de chacun (salariés, usagers, citoyens, régions, Etat...), qu'ils soient financiers, affectifs, symboliques, sociaux... Organisés car chaque arbitrage doit faire l'objet d'un accompagnement et de mesures complémentaires pour toujours maintenir une forme de justice sociale.

Renoncer, mais pas que

 

Pour une entreprise, une collectivité publique, ou une industrie, se demander à quoi elle peut renoncer est donc un bon point de départ. Toutefois, que ce soit pour accompagner un renoncement ou prendre le problème par un autre bout, il existe plusieurs façons de faire.

Si on se penche sur les choses qui dégradent l'habitabilité du monde

Ne pas faire advenir le choses qui sont encore en gestation mais qui sont une menace si elles voient le jour

Renoncer ou démanteler les activités qui existent déjà et qui ne sont pas compatibles avec les exigences écologiques.

Si on se penche sur les choses qui au contraire l'améliorent

Inventer, imaginer ou créer de nouvelles façons de vivre, des nouveaux dispositifs ou de nouveaux futurs plus compatibles avec les limites planétaires

Revaloriser  des façons de faire oubliées ou même parfois disqualifiées car "non occidentales" et qui sont pourtant vertueuses

cadran_clear_Plan de travail 1.png

Créer

Inventer

Imaginer

AGRICULTURE

Imaginer des techniques agricoles low tech

 

CONSTRUCTION

Créer des habitats "compostables" qui ne laissent pas de trace

 

NUMERIQUE

Inventer un smartphone qui dure 20 ans 

Ne pas faire advenir

Freiner

AGRICULTURE

Ne pas céder aux sirènes de la smart agriculture

CONSTRUCTION

Renoncer à la construction neuve 

NUMERIQUE

Empêcher l'avènement de la 6G

Revaloriser

Requalifier

AGRICULTURE

Revaloriser les savoir-faire anciens Apprendre à voir les non-humains comme des êtres sociaux 

CONSTRUCTION

Reformer des filières de construction locales et donc plus adaptées à chaque milieu

NUMERIQUE

Revaloriser d'autres formes d'échange asynchrones ou d'autres formes de loisirs

Renoncer

Démanteler

Fermer

AGRICULTURE

Renoncer aux intrants chimiques et aux semences modifiées

CONSTRUCTION

Démanteler les bâtiments et les construction trop énergivores

 

NUMERIQUE

Réguler le streaming vidéo et interdire les "forfaits illimités"

 

Pssst : On a mis des exemples pour l'agriculture, la construction et le numérique mais ce ne sont pas les seuls secteurs qui nous intéressent !